"Ce qui barre la route fait faire du chemin" (Jean de La Bruyère - 'Les Caractères')

jeudi 3 avril 2008

Résumé des épisodes précédents

Tout va si vite. On a du mal à suivre. Reprenons en vrac les épisodes précédents.

D'abord David Martinon. Viré de Neuilly et de l'Elysée, j'avais cru comprendre qu'il atterrirait au Consulat de France à New York. Je vous avais décrit les lieux. Les caciques du Quai d'Orsay se seraient renfrognés. Martinon à New York ? Pas question !

Aux dernières nouvelles, on dit que Martinon serait propulsé Consul de France à Los Angeles. La résidence officielle est beaucoup plus agréable. Je la connais aussi. C'est à Beverly Hills et la piscine n'est pas du tout ridicule. David Martinon pourra y parfaire son bronzage beaucoup plus facilement qu'à New York où les hivers sont longs et rudes et où le Consul ne dispose pas de piscine. Avantage supplémentaire de Los Angeles : le Consul Général n'a pratiquement rien à faire, encore moins qu'à New York.

Chapitre suivant : grâce à Georges-Marc Benamou, une autre de mes cibles préférées, on sait désormais que tous les chemins ne mènent pas à Rome. GMB se voyait déjà patron de la Villa Médicis, comme un coq en pâte. C'est raté. De méchants petits camarades cultureux se sont ligués contre lui. Une pétition vacharde a circulé. GMB doit remballer ses costumes en lin blanc avec lesquels il espérait plastronner chez les transalpins. Pas de Rome pour Benamou.

Reste la question pesante : où va-t-on le caser, ce mitterrandien renégat, converti tardif au sarkozisme, raillé par toute la droite et toute la gauche ? Sous-préfet à Dunkerque ? Bienvenue chez les Ch'tis ?

Dans les tourments que l'actualité fait échouer sur nos rivages, reste la question d'Ingrid Bétancourt.

J'avais bien une idée : échanger l'otage moribonde contre Robert Ménard, le pénible gesticulateur de "Reporters sans Frontière". Mais d'après ce que je sais, la guérilla des FARC en Colombie n'a pas du tout envie de s'encombrer de Robert. Trop difficile à gérer. Il risquerait de mobiliser toute la jungle. Ce type fait des conférences de presse en permanence. Il s'insurge à volonté et à la demande. Pas un pensionnaire facile !

Les FARC préfèrent de loin garder Ingrid.

Je remarque en passant que les FARC ne manquent pas de clairvoyance.

Apprenant que notre Président de la République (Sarko 1er) avait envoyé de son propre chef et sans rien demander à personne un avion en Colombie pour secourir Ingrid, les FARC ont trouvé un qualificatif éloquent pour le chef de l'Etat français : "ingénu".

C'est gentil, ingénu, non ?

----------

DERNIERE MINUTE : La Californie en révolte contre ANYHOW !
Ma petite méchanceté gratuite sur l'oisiveté du Consul Général de Los Angeles fait des vagues ! Je m'en explique dans un nouveau texte que vous trouverez plus haut....

------------

6 commentaires:

Gerard158 a dit…

Il est toujours intéressant de rechercher toutes les traductions du terme ingenuo (ingénu en espagnol).
Les voici :
ingenuo
I adj ingénu(e).
II m, ƒ ingénu m, -e ƒ
'ingenuo' también aparece en estas entradas:
Español:
iluso - ilusa
Français:
cave - ingénue - ingénu - dupe - naïve - naïf

Anonyme a dit…

Pour négocier avec les Farcs, il faut qq'un qui parle le même langage, je n'en vois qu'un : le nouvel ami de la France qui mène son pays vers le chemin de la démocratie : Le Colonel Kadafi.

Anonyme a dit…

Et quels sont les arguments qui vous permettent de soutenir que le Consul Général de France à Los Angeles n'a rien à faire,Monsieur l'impertinent blogger qui connaît si bien la résidence et sa piscine?

Anonyme a dit…

Los Angeles est la deuxieme ville des Etats Unis, et le Sud Ouest des US couvert par le consulat, n'a guere que la taille de la France et une economie comparable. Les Francais, qui sont souvent plus ancres dans leur histoire que dans leur futur, ont trop souvent ignore cette metropole et n'y voient que les Oscars et Hollywood.
Pour y avoir vecu et travaille 15 annees (merveilleuses) je peux vous assurer que si le Consul y fait son travail, il a beaucoup a faire. J'espere, pour la France, que Mr Martignon sera a la hauteur de ses predecesseurs.

Anonyme a dit…

Bonjour ou bonsoir,

Je me permets de vous écrire afin de vous faire savoir combien j’ai été impressionné lors de ma visite des nouveaux locaux du consulat général de France à Los Angeles.

M. le Consul général Philippe Larrieu a accompli un admirable travail en relocalisant le consulat de France à Los Angeles. La France peut être fière d'avoir un tel consulat dont il fut l'extraordinaire maître d'œuvre dans ses moindres détails. Ce ne fut pas une mince affaire, ainsi que j’ai pu m’en apercevoir, pendant les 18 mois de négociations de toutes sortes qu’il a dû entreprendre pour arriver à ce résultat prestigieux! Ses futurs collègues auront bien de la chance de travailler dans un tel lieu qui fait vraiment honneur au prestige de notre pays.

Ce nouveau consulat apporte une plus grande visibilité, de meilleures conditions de travail pour les agents et permet aux différentes commissions locales (bourses scolaires, réseau de sécurité, etc...)de se retrouver dans une salle de réunions - nombreuses et toujours sous la présidence du consul général - qui pourra aussi servir de centre névralgique pour le réseau de sécurité qui lui, est déployé sur toute la Californie du sud. Tout ayant été remarquablement prévu à l’avance.
Ce consulat a aussi une capacité d’attraction historique. Cela faisait des décennies que la communauté française demandait que plusieurs associations francophones se regroupent avec le consulat de France. C’est, enfin, chose faite donnant à celui-ci une vraie légitimité.
A côté du service des visas va se retrouver l’Alliance française qui, elle aussi, bénéficiera du passage de tous les étrangers qui veulent se rendre en France. Pour les hommes d’affaires une visite à la chambre de commerce franco-américaine, dans le même immeuble, permettra de coupler les rendez-vous avec les autres services consulaires.
Finalement, j’ai plaisir à souligner que la location de ces bureaux splendides s’effectuera à un coût moindre que ceux de l’ancien consulat. Cela, si nécessaire, démontre tout le talent - pour le moins - de négociateur de M. Philippe Larrieu.

Claude Girault
Conseiller à l'AFE
(En résidence en Californie depuis 43 ans)

Janine Bobin, Presidente Alliance Francaise de Los Angeles a dit…

Résumer est une chose, caricaturer en est une autre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que notre blogger s’est fourvoyé dans une tache visiblement au-dessus de ses capacités d’analyse – si telle est la véritable intention – ou de son niveau d’information.

C’est en effet sérieusement méconnaître la réalité quotidienne de ce consulat – et mieux encore de ce consul général– que de donner à penser, avec autant de légèreté, qu’il ne s’y passerait pas grand-chose.

Devant l’énergie inepuisable déployée, sans la moindre relâche, depuis bientôt quatre ans par Monsieur Philippe Larrieu, pour hisser la représentation de la France à la hauteur de l’enjeu que représente la deuxième ville des Etats-Unis, devant les résultats accomplis auprès de la communauté française, auprès de la communauté d’affaires, auprès de nos partenaires américains, auprès des organisations associatives ; devant les avancées réalisées dans le domaine des services, dans le domaine de la coopération franco-américaine sur tous les fronts où elle s’exerce brillamment au quotidien (langue, éducation, science, arts et culture, économie), il faut une sérieuse dose de mauvaise foi ou d’ignorance pour évoquer « bronzage » et « piscine » plutôt que l’image d’un consul « blanchi sous le harnois » ou livré aux « bains de foule ».

Los Angeles ne se limite pas à l’image facile des « paillettes », qui brillent seulement dans les yeux des bienheureux. C’est une ville dure en affaires, exigeante, où nos positions françaises ne vont pas de soi mais sont admirablement soutenues par une attention quotidienne, un dialogue constructif, des propositions audacieuses dont Monsieur Larrieu est incontestablement – pour tous ceux qui le connaissent et sont témoins de son action – un admirable fer de lance et porte-drapeau.

Je souhaite à Monsieur Martinon de connaître dans son poste autant de succès que n’en a connu M. Larrieu, que je remercie de toute son énergie, la sienne propre mise au service de tous, mais egalement celle qu’il a su insuffler à toute une communauté unie et redynamisee.

Janine Bobin
Présidente de l’Alliance Francaise de Los Angeles