"Ce qui barre la route fait faire du chemin" (Jean de La Bruyère - 'Les Caractères')

vendredi 2 novembre 2007

J'aime mon I-POD !


Hommage électronique à Steve Jobs, le créateur d'Apple.

Son petit joujou appelé "I-pod" est une merveille.

J'appuie sur un bouton.

Cette machine va explorer au fond de ma discothèque virtuelle et y exhume ce soir des airs, des chansons, des musiques que je n'avais pas écoutés depuis des mois ou des années.

Le mélange, aléatoire, est parfait, irréel. Je ne décide rien.

C'est mon "I-pod" qui est à la manœuvre : on passe de Bach à Brassens, en passant par Sade, Brahms, Bob Marley, Wagner, Barbara, Mika, Debussy, Dylan, Souchon et Pink Floyd.

Vive le XXIème siècle !

3 commentaires:

Buggs Daffy a dit…

je n'y connais pas grand chose

quelle différence avec les MP3 ?

Quelle est la capacité de stockage ?

Aston a dit…

Cher Buggs,

L' IPOD est disponible dans plusieurs versions, la plus puissante disposant d'un disque dur et de 60Go permet de stocker indifféremment des photos par milliers, des video en heures et de la musique en semaines...Le tout partout avec soi. On ne peut que recommander. Bien sûr IPOD accepte le MP3 qui n'est qu'un format d'enregistrement parmi d'autres. On peut doc y stocker sa propre discothèque de CD selon une manip très simple ou bien eacheter en ligne sur Itunes ou chez d'autres fournisseurs de la muisique numérique. On peut connecter un IPOD dans toutes les bonnes autos . Pour les scooters, je n'ai pas l'info.

Buggs Daffy a dit…

Merci Aston, sincèrement

Toutefois lisant votre explication, je ne peux m'empêcher de penser à cette conversation entendue récemment, légèrement revisitée :

face book, c'est oufissime !!!!!!!

C'est quoi, comme My space ?

Oh l'autre, My space, c'est dépassé, t'es ring', toi !!

Un troisième : zyva, Facebook, c'est déjà fini, small world, c'est trop d'la balle, un truc de dingue !!!!

L'addiction aux NTIC ne lasse pas de m'étonner. La quête extatique du dernier mouvement tendance, l'accélération du renouvellement des technologies, la frénésie que cela occasionne chez leur futurs possesseurs déjà frustrés de ne pas encore posséder la version n+1, encore à l'état de prototype, m'interpelle, me sidère et me laisse pantois.

Autant de merveilleux outils qui nous permettront de résoudre des problèmes que l'on aurait pas eu avec les anciens, bien plus fiable.

J'avoue avoir du mal à comprendre ce que l'on a à gagner à toute cette comédie. Mais bien qu'ayant probablement un bonne vingtaine d'années de moins que vous, je vais ce faisant passer pour un vieux con ronchonnant sur la modernité d'un monde qui lui échappe. Qu'importe...

Je crois en fait n'avoir aucun a priori contre l'innovation ou le progrès, bien sûr, surtout qu'il peut être source de plaisir et de confort. Je pense en revanche que la démesure dans laquelle nous sommes à tout niveaux est préjudiciable, c'est différent.

Me vient l''image d'un train emporté à toute vitesse et dont personne ne sait comment actionner les freins, alors que tout le monde ou presque, grisé par les sensations, s'enflamme et hurle sa joie. Sans se douter un instant de la proximité grandissante d'un obstacle final : sera ce un mur ou bien un précipice ?