"Ce qui barre la route fait faire du chemin" (Jean de La Bruyère - 'Les Caractères')

dimanche 4 septembre 2011

Sur les traces de DSK, place des Vosges



Quoi de plus vivifiant qu’une petite promenade dominicale dans le vieux Paris historique ? Dominicale comme dimanche ou comme... Dominique Strauss-Kahn. 


Il ne vous a sans doute pas échappé que l’ancien client de la suite 2806 du Sofitel de New York avait regagné ses pénates parisiens (oui, c’est du masculin), au 13 de la place des Vosges, dans le Marais.



S’il y a bien un quartier que je connais dans la capitale, c’est le Marais. J’ai habité rue du Roi de Sicile (parallèle à la rue des Rosiers) puis rue de Birague, cette rue très courte qui relie la rue Saint-Antoine à la place des Vosges.


















Je reconnais que cette cartographie (DSK, Victor Hugo, moi) manque de modestie. Mais c'est juste pour situer les lieux.


Après la rue de Birague, j’ai déménagé à quelques centaines de mètres de là, rue Amelot, de l’autre côté  du boulevard Beaumarchais. En empruntant la rue du Pas de la Mule, je me retrouvais en quelques minutes sur la place des Vosges. Cette rue en pente (à cause des anciennes fortifications) est l’une des plus anciennes de Paris. En 1560, c’est par cette rue que passait tous les jours le premier président du Parlement de Paris, Gilles Lemaistrc, monté sur sa mule, suivi de sa femme dans une charrette et de sa servante sur une ânesse. Le soir, Lemaistrc allait assister place de Grève (aujourd’hui place de l’Hôtel de Ville) à la pendaison des gens qu’il avait jugés le matin. Admirable conscience professionnelle de l’homme qui vérifie l’aboutissement de son travail.

Dans cette rue, on trouvait encore, il y a une dizaine d’années, un excellent caviste-marchand de fromages. J’y ai croisé parfois Annie Girardot, alors résidente de la place des Vosges. J’y achetais surtout du fromage. Annie venait y faire provision de bouteilles. La boutique est désormais occupée par un commerce de fringues.

Quand j’habitais près de la place, je voyais aussi souvent Jean-Edern Hallier prenant le soleil, torse nu sur son balcon. Il habitait du côté de la maison de Victor Hugo. C’est fou le nombre de gens hétéroclites qui ont vécu place des Vosges : Bossuet, Georges Simenon, Francis Blanche, Colette (pas la dame du magasin branchouille mais l’écrivain) et aujourd’hui l’inévitable Jack Lang.



L’ancienne place Royale (rien à voir avec Ségolène), appelée aujourd’hui place des Vosges, est la plus ancienne place monumentale de Paris. Elle fut construite à l’initiative du roi Henri IV à partir de 1605, sur l’emplacement de l’ancien hôtel royal des Tournelles. Le surnom d’Henri IV était « Le Vert Galant ». Avant son assassinat par Ravaillac (dans une rue de l’actuel quartier des Halles), le roi avait une réputation de chaud lapin (« vert galant », en français châtié). Il eut de nombreux enfants, six avec son épouse Marie de Médicis et au moins douze avec plusieurs maîtresses. Par comparaison, DSK est un eunuque.
La place des Vosges est l’ancrage du Paris moderne. Son édification a relancé pour un demi siècle la vogue du Marais. La place Royale encadrée de ses trente-six pavillons est achevée en 1612, deux ans après l’assassinat d’Henri IV, lors des fiançailles du jeune Louis XIII avec l’infante d’Espagne. Evidemment déchue de son titre royal pendant la Révolution et nommée en 1792 Place de l’Indivisibilité, cette place prend en 1800 le nom du premier département à s’être acquitté de ses impôts, les Vosges. A partir de la Restauration, elle reprend son nom de place Royale. Ce n’est qu’avec la troisième République qu’elle est définitivement appelée place des Vosges. 


Au centre du jardin, une statue équestre représente le roi Louis XIII. La statue d’origine, celle de 1639 en bronze doré, a été fondue pendant la Révolution. La statue actuelle (en pierre) date de la Restauration.


La place est presque carrée mais pas tout à fait : 127 mètres sur 140. Les façades des pavillons de la place des Vosges sont en pierre et en brique mais de nombreuses briques sont peintes sur du plâtre en trompe l’œil.


Ce matin, en abordant ce quartier que je connais comme ma poche, j’arrive par la rue des Tournelles, en venant de la Bastille. Aux abords de la synagogue, j’aperçois un attroupement festif. Cette synagogue a une double entrée : rue des Tournelles et place des Vosges à l’Est, à l’opposé de l’appartement de DSK qui est à l’Ouest. Il y a longtemps que Dominique est "à l'Ouest".
C’est la synagogue Charles Liché, du nom de son co-fondateur, un rabbin rescapé d’Auschwitz. Ambiance bon enfant. On attend les mariés. Tout le monde est sur son trente-et-un. C’est un peu bling-bling quand même : parmi les voitures du cortège nuptial, je remarque une Lamborghini, une Rolls-Royce blanche pour la mariée et quelques Porsche pour faire bonne mesure. Des Porsche ? Oui, Dominique, encore des Porsche dans votre quartier !
J’abandonne les mariés et leurs nombreux invités à leur heureuse célébration et j’arrive place des Vosges. Tout est normal, pour un dimanche matin : des bobos à poussette, des homos en t-shirt moulant, des touristes se guidant avec un plan. L’activité exceptionnelle se concentre autour du numéro 13 de la place où se trouve l’appartement de DSK et de son épouse. Habiter au 13, cela prouve au moins qu'on n'est pas superstitieux...
Le couple célèbre occupe un étage de l’hôtel particulier Dyel des Hameaux, édifié vers 1630. Le bâtiment est partiellement classé monument historique. En quelque sorte, DSK vit encore dans un hôtel, beaucoup plus ancien que le Sofitel.
Comme je m’y attendais, la horde journalistique a investi les lieux. Les correspondants français aux Etats-Unis ne font plus le pied de grue devant la maison de DSK sur Franklin Street dans le quartier de Tribeca à New York. Le cirque médiatique s’est reconstitué place des Vosges.
L'excellent Adrien Gindre en pleine action pour BFMTV
A quelques mètres du domicile de DSK, se trouve l'Ambroisie, l'un des meilleurs restaurants de la capitale, un trois étoiles cossu et dispendieux où l'ex-patron du FMI et son épouse peuvent aller en pantoufles.


Avant de partir, juste devant le domicile de DSK, je remarque cet avis municipal concernant les parcs et jardins de Paris : horaires, réglementation, activités interdites comme « les atteintes aux bonnes mœurs ». 
Pour le bois de Boulogne, DSK ne pourra pas dire qu'il n'a pas été averti.

14 commentaires:

Anonyme a dit…

Et alors ????????????
Parce que Tristane habite un
"cabanon" !

ANYHOW a dit…

@ l'anonyme de 02:22 : pourquoi cette comparaison ? Je n'ai pas voulu établir un relevé de patrimoine. J'ai simplement décrit une place.

Anonyme a dit…

Cherché et trouvé - grand merci!
Bien écrit d´ailleurs...

ANYHOW a dit…

merci, Anonyme de 15:46 !

Lily a dit…

merci pour cette petite visite urbaine et historique, décrite avec justesse, impartialité et un discret humour. On y apprend beaucoup de choses : c'est un joli portrait d'un quartier aimé . Une visite s'impose ! Ne serait ce que pour le grand Victor Hugo...au fait Pourquoi ne pas ajouter une midi-vidéo ? ou un mp3 C'est juste le son qui manque un peu...
Merci !
Lily

Anonyme a dit…

Bref, il ne manque plus que le digicode...
Et si moi, je collais votre nom sur des plans, photos de quartier comme pour désigner un personnage pestiféré?

ANYHOW a dit…

A l'anonyme de 21:06 - le digicode, je ne l'ai pas. L'adresse de DSK place des Vosges est bien connue et il ne l'a jamais cachée. D'ailleurs, vous remarquerez que je ne m'y suis pas attardé, préférant montrer le quartier dans son ensemble.

Anonyme a dit…

Réponse à Anonyme du 5/09. Elle n'a certainement pas les moyens de DSK et de toute façon ne se targue pas d'être de " gauche ".

Anonyme a dit…

Super ! Je vais pouvoir lui écrire un mot pour lui dire ce que je pense, à l'autre enfoiré. C'est bô, Internet, ça rapproche les gens ^^.

Anonyme a dit…

moi je ne deteste pas DSK il me semble un homme vrai PAS comme tant d'autres faux culs qui veulent se faire un profil de bon pere de famille ,je l'ai croisée qq fois il ne m'a pas violée et pourtant je suis pas un boudin !!je lui tire mon chapeau et je regrette tout cela car j'aurai voté DSK

Anonyme a dit…

Bien écrit, bonne description du quartier, SAUF QUE
une photo, celle du magasin de fringues qui a remplacé le marchand de fromages, est mal documentée pour le nom des rues :
1)la rue de Tournelles ne débouche pas du tout sur la rue du Roi de Sicile
2) les 2 rues sont l'une et l'autre dans le 4ème arrondissement, et non pas dans le 3ème.

Anonyme a dit…

This could cause them to grow less, flower less, and
maybe even die. Wood chips: This material contains bark,
and wood of various sizes. Depending on the density of the mulch, one should lay two to six inches
of mulch over topsoil in the vegetable garden.

my page: mulching

Anonyme a dit…

When applied in cool, wet weather, it can cause burning of the leaves and the russeting of fruit.
So, I propose to you that you might want to consider
doing your own organic gardening right in your own back yard.
Subtle gardening themes act upon the subconscious,
and merely give the observer a pleasant feeling.


Stop by my blog; anywhere

Anonyme a dit…

Annie Girardot n'avait pas d'appartement Place des Vosges mais habitait au 4 rue du Foin, une rue derrière.