"Ce qui barre la route fait faire du chemin" (Jean de La Bruyère - 'Les Caractères')

dimanche 13 avril 2008

Sur les OGM

Bernard Debré : "Les anti-OGM sont des irresponsables"

Interview réalisée par Josée Pochat et publiée dans "Valeurs actuelles" le 11-04-2008
-------------------------------------------------------------------

La loi sur les OGM, qui définit les modalités de mise en culture des plantes transgéniques et garantit la transparence de l’information sur les OGM,a été adoptée par l’Assemblée mercredi dernier,après sept jours de débats houleux où pro et anti-OGM se sont violemment heurtés sous l’oeil de José Bové,présent dans les tribunes de l’Hémicycle. Dorénavant, les agriculteurs seront contraints de déclarer les parcelles cultivées en OGM. La loi instaure par ailleurs un délit de fauchage,passible de deux ans de prison et 75000 euros d’amende (trois ans et 150000euros si la parcelle concernée était destinée à la recherche). Le professeur Bernard Debré, député UMP,a été,tout au long des débats, l’un des plus fervents défenseurs du projet de loi. Il nous explique pourquoi l’adoption de ce texte lui paraissait être une absolue nécessité.


------------------------

Pourquoi avez-vous défendu avec tant de détermination le projet de loi sur les OGM ?

Actuellement, 800 millions d’êtres humains ne mangent pas à leur faim.Les OGM,qu’il s’agisse du maïs, du blé ou encore du soja, ont une productivité accrue de l’ordre de 10 à 40 % car ils se défendent mieux vis-àvis des prédateurs et les récoltes subissent moins de pertes.
Nous n’arrivons pas à nourrir l’humanité alors que nous sommes moins de sept milliards.Dans trente ans,nous serons neuf milliards.Nous devons d’ici là réussir à doubler la production agricole planétaire. Les OGM sont une partie de la réponse à ce problème, si l’on veut éviter de traverser une crise alimentaire gravissime. Ils offrent non seulement une meilleure productivité mais peuvent pousser sur des terres plus arides ou plus salines, jusque-là incultivables.
Autre avantage,ces cultures sont plus écologiques. Les OGM n’ont pas besoin d’être traités : ils se défendent eux-mêmes contre les maladies.Finis les pestici- des, parfois nocifs, que l’on retrouve ensuite dans la nappe phréatique! En dix ans,les Américains ont ainsi économisé 300 000 tonnes de pesticides et deux milliards de litres de fuel,en utilisant moins les engins agricoles.
Autre atout, les OGM sont plus sains pour la santé. Quand une plante est attaquée par un parasite, des champignons s’installent dans ses lésions et sécrètent des mycotoxines,hautement cancérigènes pour l’homme.Les OGM n’ont pas de lésions et leur taux de mycotoxines chute de plus de 90 %.

Que pensez-vous des arguments des anti- OGM ?

Les OGM sont en culture dans le monde depuis douze ans. On en a ainsi cultivé sur cette période près de 700 millions d’hectares. Que disent les rapports de l’Organisation mondiale de la santé ? Aucune maladie, aucun dérèglement n’a pu être imputé aux OGM. Leurs détracteurs mettent en avant le principe de précaution,considérant ne pas savoir comment la situation va évoluer…
Les écolos parlent de “dangers”. Évoquent par exemple le monarque,un papillon menacé par les OGM.Toutes les études ont démontré que c’était faux. Ils nous disent ensuite que des rats, nourris au maïs Mon863, auraient eu des incidents au foie et aux reins.Faux, encore. Toutes les études des scientifiques ont prouvé qu’il ne s’agissait pas de dysfonctionnement. Argument suivant:attention,les OGM vont contaminer les autres plantes, avec la diffusion du pollen.Faux.Ce risque est écarté dès lors que l’on prend un certain nombre de précautions comme le respect,par exemple,d’une distance de 50 mètres d’un champ OGM à un autre.
C’est sans compter avec la détermination des anti-OGM,qui reviennent à la charge et tentent de nous expliquer qu’au Mexique, un maïs OGM a contaminé un maïs primitif, par le pollen,selon une étude publiée en 2001 dans la célèbre revue scientifique Nature. Mais en 2002, Nature s’excuse et retire cette publication, reconnaissant ses conclusions erronées, après que huit autres études ont montré que le maïs OGM mexicain n’avait rien contaminé. La vérité, c’est que depuis douze ans que l’on cultive des OGM dans le monde, il n’y a jamais eu le moindre problème, ni pour l’homme ni pour les animaux.

Pouvez-vous nous expliquer le rôle des OGM en médecine ?

Il est fondamental. En Argentine, on a modifié le génome de la vache. Un troupeau de trente bêtes sécrète de l’insuline dans son lait, permettant de traiter la totalité des diabétiques de ce pays. L’hormone de croissance, l’insuline, les produits qui permettent de lutter contre un certain nombre de cancers, sont maintenant fabriqués par génie génétique grâce aux OGM.On a trouvé,en France,une plante qui, génétiquement modifiée, donne justement un produit permettant de lutter contre les effets de la mucoviscidose.Mais la recherche a été stoppée car les parcelles cultivées ont été fauchées par les écoterroristes.

Que se passerait-il demain si l’on suivait les préconisations de José Bové ?

En 1998, la France comptait plus d’un millier de parcelles d’essais d’OGM en plein champ, étape absolument incontournable dans le processus de recherche. En 2006, il n’y en avait plus que 22… et les faucheurs volontaires en ont détruit 65%! Ne plus cultiver d’OGM en France,c’est rater le train de la modernité,perdre l’un de nos atouts majeurs: la compétitivité de nos filières agroalimentaires,l’une des composantes de notre indépendance.

-------

© Valeurs Actuelles - Avril 2008

4 commentaires:

RNX a dit…

La sélection accélérée des aliments ces dernières décennies cause de plus en plus de pb, cf. par ex les pbs induits par les dernières sélections du blé moderne : http://www.weshow.com/fr/p/4243/les_conseils_de_brigitte_fichaux

Comme nos aliments sont de plus en plus transformés, ils deviennent de moins en moins digérables et reconnu par notre organisme et notre organisme n’arrive plus forcément à bien les traiter ou s’en sert mal (d’où répercussions sur la santé). Perso, l'alimentation transformée sans OGM posant déjà de nombreux pbs de santé, je préfère éviter de nouvelles transformations via l'introduction des OGM, transformations que l'on est encore moins sûr de maitriser.

Je ne comprends pas que Bernard Debré, médecin de formation, ne connaisse pas mieux le rôle de l'alimentation sur la santé...

RNX a dit…

Et pan sur la gueule de Bernard Debré :
La Recherche sur les OGM
http://www.weshow.com/fr/p/20261/la_recherche_sur_les_ogm

RNX a dit…

Voici qques autres éléments après une réaction à chaud.


(1) "Actuellement, 800 millions d’êtres humains ne mangent pas à leur faim."

ok, mais globalement, les famines sont moins des pbs de production que des pbs (en autres) de transport !

Les famines sont dues à divers facteurs et le niveau de production n'est qu'un des facteurs.

Dans les pays sous-développés, le FMI a poussé à réaliser de mono-cultures d'exportation, par ex, le coton, ou le café, à défaut des productions locales, vraisemblablement plus utiles pour l'alimentation que le coton ou le café ! Par ailleurs, cela donnerait plus de pouvoir sur leur vie aux agriculteurs locaux car le cours des matières premières est actuellement fixé par la bourse de chicago !

Dans les pays riches, la mode des biocarburants fait que des millions de tonnes, par ex, de mais sont utilisés pour la production de carburants et sont donc retirés du marché de la consommation. Par conséquent, pour lutter contre la faim dans le monde, il est tout aussi utile de financer les constructeurs automobiles pour produire un moteur de voiture qui consomme moins !

Si vraiment les pays riches avaient la volonté de lutter contre la faim dans le monde, ils interdiraient les grosses cylindrées et dans la foulée, les biocarburants rendus moins nécessaires : le prix des matières premières dans le monde chuterait aussitôt. Conclusion : cette histoire de faim dans le monde est plutôt du foutage de gueule.


(2) les OGM "offrent non seulement une meilleure productivité mais peuvent pousser sur des terres plus arides ou plus salines, jusque-là incultivables."

Peut être mais pas besoin d'utiliser des OGM pour cela. Il est possible de cultiver d'autres plantes, comme le sorgho qui nécessite moins d'eau que le mais. On a bien importé le mais de l'Amérique, pourquoi pas le sorgho de l'Afrique ?


(3) "Autre avantage,ces cultures [OGM] sont plus écologiques. [...] .Finis les pesticides, parfois nocifs, que l’on retrouve ensuite dans la nappe phréatique! "

Les 3/4 des OGM sont des OGM à pesticides. C'est à dire qu'ils sont vendus comme plus résistants aux pesticides. Message sous-entendu pour les agriculteurs : n'hésitez pas à mettre la dose pour les pesticides, les plantes que vous cultivez vont résister, les mauvaises seront supprimées par les pesticides.

Exemple : le soja transgénique de Monsanto, qui est résistant au glyphosate (i.e. le round up, encore de Monsanto). Les graines sont vendues avec le désherbant qui est épandu et qui tue tout le reste, sauf ce soja.

Ces OGM correspondent à la 1ère génération des OGM, encore massivemnt utilisée apparemment. La 2ème génération des OGM produit ses propres pesticides.

J'ai moins de recul sur les OGM de 2ème génération, j'ai plutôt tendance à les trouver suspects pour d'autres raisons.


(4) "Les OGM sont en culture dans le monde depuis douze ans. "

1er pb : de quels OGM parle-t-on ? 1ère génération ? 2ème génération ?

D'autre part, les échelles de temps sont très grandes pour savoir s'il y a retour de baton ou pas. Par ex, 20 ans (!) après leur interdiction, la présence de PCB dans le Rhone fait qu'il est interdit (!) de consommer des poissons péchés entre Lyon et la méditerranée.
http://www.drome.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=582
""
La pollution du Rhône s'intensifie. A quelques jours de l'ouverture de la pêche à la truite, le préfet de la région Rhône-Alpes vient d'étendre par arrêté l'interdiction de consommer du poisson pêché dans le Rhône sur une zone géographique de plus de 100 kilomètres. La mesure s'applique du barrage de Sault-Brénaz (Ain) jusqu'à celui de Vaugris (Isère). De nouvelles analyses ont confirmé que les poissons en aval de Lyon étaient contaminés en PCB (polychlorobiphényle), interdit en France depuis 1987, et en dioxines, deux toxiques potentiellement cancérigènes pour l'homme.
""

Problème de l'échelle de temps par accumulation :
""
Les PCB s’accumulent dans les tissus adipeux des êtres vivants jusqu’à atteindre des concentrations très élevées en haut de la chaîne alimentaire [dont le sommet est l'homme] entraînant une dégradation du système immunitaire et des effets sur la reproduction et le développement de cancers.
""


(5) "Ce risque est écarté dès lors que l’on prend un certain nombre de précautions comme le respect,par exemple,d’une distance de 50 mètres d’un champ OGM à un autre."

C'est sûr que le vent va respecter une distance (de transport) de 50m. Comme pour le nuage de Tchernobyl j'imagine ?

Quand on imagine que l'on peut retrouver des grains de sable du desert africain sur le capot ou les vitres de nos voitures le matin, la distance de 50 m me fait rire.


(6) "Ils [les soit-disant écolos] nous disent ensuite que des rats, nourris au maïs Mon863, auraient eu des incidents au foie et aux reins.Faux, encore."

Ah, que penser alors des études italiennes en labo : http://www.dailymotion.com/relevance/search/OGM/video/x4mxlo_ogm-90-minutes-canal-part1_news
Cf. vers ma 4ème minute. La suite est intéressante aussi... pour connaitre le degré de transparence du ministère de l'agriculture.

Ou, Bernard n'est pas bien renseigné, ou il pipote.


(7) "Ne plus cultiver d’OGM en France,c’est rater le train de la modernité,perdre l’un de nos atouts majeurs"

En quoi ne pas cultiver en plein champ des OGM c'est rater le train de la modernité ?
Il me semble que la maitrise des OGM relève surtout de leur mise au point et de leurs tests, non ?
Le plus important, ce n'est pas la culture, mais ce qui se passe dans les labos et les zones de test. Du reste, les OGM sont déjà mis en oeuvre dans les labos, on ne rate donc pas le train de la modernité.


Reste à creuser cette histoire d'OGM de 2ème génération, mais je suis à priori dubitatif.

Lovie a dit…

Interesting to know.