"Ce qui barre la route fait faire du chemin" (Jean de La Bruyère - 'Les Caractères')

vendredi 22 février 2008

Nouvelles de la semaine

Rafle de voyous dans le Val d'Oise. Un millier de flics à l'aube lundi pour traquer ceux qui avaient tiré sur la police en novembre et qui avaient cassé la gueule à un commissaire à Villiers-le-bel. Mais oui, bien sûr. Sans hésiter, il faut les embastiller, ces personnages nuisibles qui pourrissent le climat des banlieues. Où est le problème ? C'est la manifestation légitime d'un Etat de droit, tout simplement.



"L'appel à une vigilance républicaine", nouvelle invention grotesque de ce petit brûlot péniblement hebdomadaire qui ose se faire appeler "Marianne". On croit rêver. Il s'agit d' un manifeste rabougri contresigné par une escouade de frustrés. C'est une pétition anti-sarko, évidemment. Parmi les griefs : "l'attachement à l'indépendance de la presse et au pluralisme de l'information". On ne les a pas beaucoup entendu, jadis, les signataires de ce pamphlet pathétique quand De Gaulle, Pompidou, Giscard et Mitterrand muselaient le pluralisme et bafouaient sans vergogne la liberté d'expression. J'ai des exemples précis en tête si ça vous intéresse. Sarko, dictateur ? Hélas, non. Moi, je le trouve souvent trop mou.



Toujours du côté de Sarko, l'histoire des sectes. La directrice de cabinet du Président, Emmanuelle Mignon, déclare à VSD (avant de se rétracter partiellement) : "Les sectes en France, c'est un non-problème". Elle a raison Mademoiselle Mignon : les sectes, où est le problème, franchement ?



Le fiston Jean. C'est le bellâtre de 21 ans à la tignasse blonde. Jean Sarkozy parle comme papa, il est beaucoup plus élancé que papa (plus grand, je veux dire). Moi, il m'épate Jean. Il a coulé la candidature de Martinon à Neuilly. Bonne idée ! Moi, Jean Sarkozy, j'en redemande. C'est comme pour la "Nouvelle Star". J'espère qu'il ira à Baltard. Les initiés (de "La Nouvelle Star") comprendront.



Mémoire de la Shoah. Dernière réflexion pour l'heure sur Sarko: je reviens sur son idée saugrenue d'imposer à chaque gosse de CM2 (dans le primaire) de se coltiner la mémoire d'un enfant juif mort en déportation. Idée bizarre et morbide. Il y aurait tellement d'autres manières d'aborder l'holocauste. En se tournant vers l'avenir, par exemple. Les Juifs n'étaient pas vraiment demandeurs de ce nouveau "devoir de mémoire". Il y a, selon moi, d'autres urgences pour l'enseignement primaire en France.



SDF, au secours ! Au cours de cette semaine, il y a eu aussi la nouvelle mauvaise farce de ceux qui prétendent soutenir les "mal-logés". Ils s'étaient agglutinés, dans une toute petite grappe, la nuit dernière, sous mes fenêtres de la Place de la République à Paris. Je suis allé les voir de près vers 23 heures. Première constatation : cette appel citoyen s'est soldé par un bide monumental. L'assistance était minuscule, moins de 2000 personnes, au moment de la plus forte affluence. J'ai donc observé ce groupuscule très prévisible, scandant des slogans éculés, aidé par un alcool omniprésent et des drogues plus ou moins douces. Si c'est ça le collectif de soutien aux SDF, je suis vraiment content d'être logé. La kermesse médiocre s'est disloquée en vrac au cours de la nuit. A l'aube, ne subsistaient que quelques pauvres bougres qui avaient cru, une fois encore, à la solidarité de cette marmaille gauchiste et évaporée.



Fier d'être Ch'ti. C'est marrant et joyeux, le phénomène jubilatoire qui se développe autour du film de Dany Boon : "Bienvenue chez les Ch'tis". Ce n'est pourtant pas un chef d'œuvre. Ce n'est pas "Citizen Kane". Mais se dégage de ce film populaire une joie de vivre communicative qui fédère une région (le Nord au sens large) injustement stigmatisée. Quand la France (ou un bout de France) affirme son bonheur, il ne faut pas passer à côté.

3 commentaires:

Bob a dit…

Ah les Chti's on en fait un peu trop avec ce film, surtout tout le monde qui s'essaye à tester l'accent :) Vous êtes d'ici d'ailleurs, vous le parlez couramment ?

Concernant l'appel à la vigilance républicaine, j'étais assez d'accord sur le côté grotesque de la chose. Était car au vu de ce que le président a dit ce soir, je me demande finialement si ce n'était pas utile de lui rappeler ! Passer outre le conseil constitutionnel me semble extrêment grave, et est clairement en contradiction avec la mission du président de la république.

Anonyme a dit…

Votre commentaire précédent sur Douste-Blazy a disparu. Des remords ???

RNX a dit…

Douste !? J'ai jamais lu qqu'un se faire autant descendre en flèche dans les commentaires du Monde. Chacun avait ramené son anecdocte sur son incompétence semble-t-il notoire. Par ailleurs, il semble que sa nomination a été survendue auprès de la presse. On a pu lire ca et là qu'il était devenu le bras droit de Ban-ki-mon, alors qu'il occupe seulement un obscur poste sur le développement des nouveaux financements de l'ONU. La presse a peu rectifiée et n'a pas fait encore une fois son boulot correctement.

Sarko !? On dirait qu'il passe son temps à défendre des causes sur des terrains qu'on ne lui demande pas de labourer, pour lesquels les bénéfices sont incertains quand ils ne sont pas improbables, et à éviter les vrais pbs, n'hésitant pas à faire ou dire chaque semaine une nouvelle connerie. Il passe le temps avant les municipales ?