"Ce qui barre la route fait faire du chemin" (Jean de La Bruyère - 'Les Caractères')

vendredi 2 mai 2008

Justice contre "Justice"


Je me demande ce que le Ministère de l'Intérieur et/ou le Ministère de la Justice attendent pour saisir et interdire le nouveau clip du groupe "Justice" (sic) intitulé 'stress'.

Ce petit film est une apologie scandaleuse de la violence gratuite, un appel à la haine et au désordre social, une menace pour la société.

Voir ici ce clip

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Ce clip est très bon ! Anyhow vite choqué par la réalité.
Pardon, mais ce film montre (de manière condensée certe) ce qui se passe dans bien des lieux en France. Dans les manifestations étudiantes de ces dernières années, on pouvait voir des violences gratuites (vols, pillages,destructions, agressions) menées par des bandes de noirs encagoulés, circulant en marge des manif. Si c'est une menace pour la société, il est trop tard ! Il [le clip] reflète aussi le type de lien qui s'est établi entre certains jeunes et les médias qui raffolent de violence urbaine à 20h.

Ca me rappelle l'article dans libé sur Le journaliste de la matinale de France Inter, qui nous dit ceci : Nicolas (c'est son prénom) ne côtoie le monde extérieur qu'entre la porte de chez lui (en face du luco) et son taxi et entre le taxi et l'immeuble de la maison de la radio. Bref 100 mètres pour une vision du monde...
Les taxis et la première classe ça vous coupent des réalités (pas que des enfants), il ne suffit pas de regarder les événements de sa fenêtre.
Halte à la censure !!!!

Anonyme a dit…

Bof... ou Beauf ???

Jo a dit…

plutôt constat de la violence qu'apologie...

Anonyme a dit…

Plutôt mise en scène des fantasmes paranoïaques de la France xénophobe !
Pour mieux les dénoncer ?

Ps : les clips des fascistes sont de cet acabit sur Youtube&co.

Arthur Mage a dit…

Et celui qui chantait les adorer, au marché de Brive-la-Gaillarde, "sous la forme de macchabées" les pandores, vous voudriez l'interdire aussi ?

Seules les personnes blanches, avec ou sans moustache et d'éducation catholique, fussent-elles les enfants d'une immigrée italienne ainsi que l'était l'individu sus-évoqué, auraient-elles le droit d'être publiquement stupides ?

cetou a dit…

le premier pourra y voir un excitation jouissive de la violence gratuite et un encouragement à sa banalisation ("laches toi mon gars, car c'est cool"), tandis qu'un second y percevra une subtile (meme si un peu limite) dénonciation d'une socièté gavée de spectacles instantanés, faciles et violents.
Doit on donc interdire au second cette vision et analyse en raison de la betise du premier ?
vrai question....

lepar1danna a dit…

Ce clip me met également mal à l'aise parce que l'intention de cet objet reste floue :
- Simple stylisation de la violence urbaine ?
- Dénonciation de ladite violence ?
- Dénonciation du rôle des médias, comme pourrait le suggérer la phrase finale prononcée en off (T'as kiffé à filmer ça, fils de...) ?

Pour ma part, je pencherais pour une autre possibilité : un plan marketing taillé pour le net, une orchestration subtile visant à créer le buzz (que nous alimentons nous-même).
Probablement aucune contingence morale là-dedans.
Romain Gavras, réal du clip, fils de Costa et membre du collectif kourtrajmé (parrainé par deux autres célèbres fils à papa, Matthieu Kassovitz et Vincent Cassel) n'a manifestement pas autant de choses à dire que son père.

Bob a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.