"Ce qui barre la route fait faire du chemin" (Jean de La Bruyère - 'Les Caractères')

dimanche 22 février 2009

Réflexions abruptes sur l'outre-mer.


Comment voulez-vous que ça marche, un tel système ? Je parle de l’outre-mer de la République Française.

La crise violente en Guadeloupe n’est qu’un rappel bien tardif d’une situation bancale qui perdure depuis des décennies. Il y a, dans les récents troubles antillais, les signes avant-coureurs d’une guerre, comparable à la guerre d’Algérie.

Les békés antillais, potentats blancs, détenteurs ultra-minoritaires du pouvoir économique, ne sont pas sans rappeler les pieds-noirs, à ceci près qu’il y avait en Algérie des pieds-noirs modestes. Ils sont plus rares dans les Antilles.

En Martinique et surtout en Guadeloupe, la caste blanche truste le commerce, l’industrie et ce qui reste de l’agriculture. Les békés, héritiers des esclavagistes, continuent de dominer par l’argent.

La population noire, qui descend des esclaves, est tout autant coupable d’avoir entretenu ce système de domination en acceptant passivement les avantages confortables de l’Etat providence.

Il s’agit de l’Etat Français, celui contre lequel Elie Domota, le meneur guadeloupéen, concentre sa haine. La France, tellement honnie (Domota est indépendantiste) est pourtant extrêmement généreuse.

La population totale de l’outre-mer (tous les DOM et les collectivités territoriales), c’est deux millions d’habitants (moins que la ville de Paris). L’outre-mer français, c’est un budget annuel de 6 ,7 milliards d’euros, c’est-à-dire davantage que le budget annuel du ministère de la Justice de toute la France (tous les tribunaux, tous les magistrats, toutes les prisons, y compris outre-mer).

L’outre-mer français, c’est un taux de non-emploi record. En Guadeloupe, entre les chômeurs et les bénéficiaires du RMI, vous avez un tiers de la population en âge de travailler qui se contente éternellement de l’aide publique. Chez les jeunes (18-25 ans), le taux de chômage est de 40 %.

Dans les Guadeloupéens effectivement au travail, 40% sont employés par une administration, comme le meneur Elie Domota, sous-directeur régional du « Pôle emploi » - fusion UNEDIC, ANPE - (ça ne s’invente pas !).

Il y a aux Antilles (et aussi à la Réunion), cette expression délicieuse pour parler des allocations familiales : on appelle ça « l’argent braguette ». Avec un taux de natalité exceptionnel, l’outre-mer se satisfait avec plaisir de cette prodigue braguette, véritable tiroir-caisse.

Il suffit de prendre un bateau et d’accoster dans les îles voisines, désormais indépendantes. Le niveau de vie y est trois ou quatre fois inférieur à celui des Antilles françaises. Nos départements ultramarins ne se maintiennent que grâce à l’aide très coûteuse de la Métropole, bonne fille et néanmoins conspuée.

Ce système colonial est pourri jusqu’à la moelle par une classe politique locale vermoulue par le clientélisme. Observez par exemple Lucette Michaux-Chevry, sénateur UMP de la Guadeloupe. Elle brandit l’étendard d’une révolte de pacotille, jusque dans la cour de l’Elysée. Un peu de pudeur madame, vous qui avez mangé à tous râteliers républicains en avalant toutes les couleuvres disponibles !

Ces arrangements scandaleux, confortés par des subventions échappant le plus souvent à tous les contrôles élémentaires, ont été cajolés pendant des années par plusieurs présidents de la République.

Sans conteste, le plus conciliant (pour ne pas dire le plus lâche) a été Jacques Chirac. Pendant les années interminables de son règne, le Corrézien (d’adoption) a toujours caressé l’outre-mer dans le sens des alyzés.

Pas de vague : on dépose le fric sur la plage au pied des cocotiers et tout le monde est content : les exploiteurs, les exploités et les (nombreux) fonctionnaires. L’outre-mer, ça s’arrangeait toujours à coup de millions ou de milliards.

Seulement voilà, les temps ont changé. Nous traversons une crise mondiale qui tolère plus difficilement les gouffres budgétaires. Et Nicolas Sarkozy se fiche royalement des confettis de notre empire, ces petits pustules tricolores sur la surface du globe. L’outre-mer : un sac de nœuds, que des emmerdements. Et ‘at home’, en métropole, les emmerdements, il en a à revendre Sarko !

Alors, il a laissé ce pauvre Yves Jégo patauger lamentablement dans ce bourbier exotique, pendant que la ministre de tutelle (Michèle Alliot-Marie, alias MAM) enfouissait précipitamment son long bec d’autruche dans le sable tropical.

Pas joli-joli, le comportement veule de la République à l’égard de ses possessions lointaines !

Alors, s’il fallait trancher une bonne fois pour toutes, pourquoi ne pas poser la vraie question, celle qui fâche ? Pourquoi ne pas couper le cordon ombilical ?

Elie Domota, le chef de la révolte guadeloupéenne, ne cesse d’évoquer le colonialisme. Il fustige la « presse étrangère » (en réalité les journalistes blancs venus de Métropole).

Voulez-vous l’indépendance, vous les ultramarins ? Si c’est ce que voulez, on peut s’organiser.

La Nouvelle-Calédonie a commencé ce chemin, après le travail délicat de conciliation réussi par Michel Rocard lorsqu’il était à Matignon. Dommage, car la Nouvelle-Calédonie est bien le seul territoire d’outre-mer vraiment économiquement viable grâce au nickel (premier producteur mondial).

Mais vous les Antillais, les Guyanais, les Réunionnais, souffrez-vous vraiment de vivre à l’ombre du drapeau français ? Il faut le dire tout de suite.

Votre indépendance, je vous l’accorde dans la seconde.

Mais il va falloir tout réinventer, sans le fric de la Métropole : les bureaux de poste qui distribuent vraiment le courrier, l’argent braguette (voir plus haut), les indemnités chômage, le RMI, les pharmacies (exceptionnellement nombreuses dans les DOM) où les médicaments sont distribués gratuitement grâce à la Sécu, les hôpitaux qui soignent, les routes entretenues, l’électricité qui fonctionne.

L’indépendance, le mot est joli. Mais il ne sera pas facile de l’accompagner de tous les agréments fournis depuis si longtemps par la manne métropolitaine (nos impôts, ceux que vous payez si peu) de la République Française.

Antillais, allez faire un tour à La Dominique ou à Sainte-Lucie, îles indépendantes voisines, deux anciennes colonies britanniques. La vie quotidienne est y nettement moins florissante que dans nos départements d’outre-mer. Comparez les niveaux de vie.

Finalement, les Britanniques n’ont pas fait une mauvaise opération en larguant leurs boulets coloniaux au bon moment.

8 commentaires:

GED a dit…

Vous ne pouvez pas mieux dire "La France, tellement honnie (Domota est indépendantiste) est pourtant extrêmement généreuse". Surtout avec Elie Damota, car il touche un confortable salaire comme directeur-adjoint de l’ANPE (le bureau de chômage) de la Guadeloupe.
Comme tous les salariés de l'île, il bénéfice d'un abattement supplémentaire de 30% pour sa déclaration d'impôts sur les revenus: 76 % des habitants échappent ainsi à l'impôt.

cest_a_voir a dit…

Vous n'avez rien compris, l'heure n'est pas au largage des Antilles : au contraire, on va bientôt accueillir tout prochainement un nouveau département d'outre-mer (Mayotte). Il va y avoir sous peu un référendum sur place à Mayotte et je suis sûr qu'ils vont choisir leur rattachement à la France.

Information dans les médias : 0 ou presque.
Consultation des francais : 0 = déni démocratique absolu.

Catherine a dit…

Entendu sur une radio hier matin, un "Beke", qui expliquait qu'il ne pouvait pas augmenter ses ouvriers (canne a sucre) parce que cela ne ferait qu'augmenter le deficit structurel de son entreprise, deficit couvert par des subventions francaises et europeennes. Qui prend dans ce cas l'argent de l'etat, le deja riche (au moins en terre) pour continuer une culture dont personne n'a plus besoin. Autre histoire, un grand "beke" dont le nom est partout sur certaines bouteilles, discute la location de 3 hectares de ses terres arables, pour un prix proche du m2 a Paris, terres qui allaient etre cultivees et employer du personnel par une societe etrangere et 2 semaines apres, refuse de continuer l'operation parce qu'il perdait les allocations europeennes pour la banane qu'il ne peut plus cultiver a cause des produits utilises, et il prefere donc laisser sa terre a l'abandon pour ne pas baisser son niveau de vie (que j'aimerai avoir) paye par Bruxelles. Il y a sans doute quelque chose de pourri au paradis ensoleille, et je finis par croire que l'argent braguette n'est qu'une goutte d'eau dans un ocean qui profite plus aux deja favorises.

RNX a dit…

@Catherine
Le pb vient de l'attribution des aides sous le mode "tout ou rien".
C'est le même pb qui faisait qu'il était qques fois préférable pour un chomeur de rester au chomage plutôt que de recommencer à travailler et de perdre de l'argent en perdant ses aides. Le RSA a été créé pour palier à ce genre de pb engendré par une administration pantagruélique.
Reste à trouver l'équivalent du RSA pour l'agriculture et les autres formes de travail parasitées par les effets pervers des aides existantes.

Anonyme a dit…

Sorry for my bad english. Thank you so much for your good post. Your post helped me in my college assignment, If you can provide me more details please email me.

Anonyme a dit…

Salut à chacun des participants de cette assemblée ,

Pour commencer , offrez-moi l'opportunité de vous démontrer mon appréciation pour chacune des très intéressantes infos que j'ai découvertes sur cet impressionnant site.

Je ne suis pas convaincue d'être au bon endroit mais je n'en ai pas vu de meilleur.

Je vis à Fort frances, us . J'ai 40 ans et j'éduque 4 agréables enfants qui sont tous âgés entre 6 et 10 années (1 est adopté). J'aime beaucoup les animaux domestiques et je tempte de leur garantir les biens qui leur rendent l'existance plus confortable.

Je vous remercie dès aujourd'hui pour toutes les superbes délibérations à venir et je vous remercie surtout de votre compréhension pour mon français moins que parfait: ma langue de naissance est l'anglais et j'essaie d'apprendre mais c'est très ardu !

Bye

Martha

ANYHOW a dit…

Bravo Martha pour votre commentaire en français.
Vous êtes ici la bienvenue et n'hésitez pas à revenir !

Jossica M a dit…

Bonjour à tous, qui a utilisé le Mitigeur cascade Nous devons acheter un nouveau pour notre maison en ce moment, si vous savez à ce sujet, se il vous nous en informer. Ou peut aussi être sur les Mitigeur douche and Mitigeur baignoire.