"Ce qui barre la route fait faire du chemin" (Jean de La Bruyère - 'Les Caractères')

lundi 10 janvier 2011

Etat présent de la médiasphère


Les médias nous encerclent. Mais ils enserrent aussi ceux, parmi les plus jeunes, qui veulent travailler dans cet univers.

C’est un sujet qui me tient à cœur.

Comment faire son chemin dans la presse, l’audio-visuel ou le web en cette deuxième décennie du XXIème siècle en France ? Pas facile. D’autant que tout ce qui était acquis s’effondre.

Voici un témoignage sans ambages. Il vient de Morgane Tual.

Pour commencer, le portrait que Morgane brosse d’elle-même.

_________________________

Morgane est une jeune fille de 27 ans fraîchement sortie de son école de journalisme, le Celsa.
Depuis, elle a choisi une carrière de pigiste et partage son temps entre Youphil, France24.com et Diasporamas, où elle fabrique des diaporamas sonores. Elle ne dit jamais non à une chouette proposition de pige à caler entre tout ça.

Formée à la presse écrite, la radio, la télé, son meilleur souvenir reste un documentaire radio réalisé à l’école et diffusé sur France Inter, dans l’émission Là-bas si j’y suis. Et une enquête sur la drogue au travail, dans le cadre d’un concours qu’elle a lamentablement loupé.

Mais elle est persévérante. La rédaction de Marianne peut en attester : elle a passé huit jours à harceler la mairie de Boulogne-Billancourt pour connaître son budget bites de trottoir. Mais il lui arrive aussi de faire des articles utiles, faudrait pas croire.

Autre qualité soooo XXIème siècle : ses compétences Internet. Webmaster depuis une douzaine d’années, elle manie le HTML, le PHP, les CMS, le CSS et tous ces trucs tordus.

Et comme le net est son dada, elle réfléchit pas mal à son rapport avec le journalisme. Elle bricole autour des nouvelles formes de récit, comme le diaporama-sonore. Elle a aussi créé en 2008 un modeste webdocumentaire, dans le cadre de ses études, sur le thème de « l’anarchisme et les médias ».

Expérimental, sans prétention. Juste le mérite d’exister. Comme elle.

Maintenant, voici comment Morgane, jeune journaliste en devenir, rend compte de la réalité du monde médiatique telle qu’elle la perçoit.

JEUNES JOURNALISTES: QU’EST-CE QU’ON ATTEND POUR NE PLUS SUIVRE LES RÈGLES DU JEU ?

Envie d’écrire, mais manque d’inspiration. Twitter sert à tout, même à trouver de quoi bloguer. C’est Jean-Christophe Feraud, mon ancien patron aux Échos, vieux con autoproclamé du genre qu’on aimerait voir plus souvent, qui m’a soufflé cette idée de sujet : “Jeunes/vieux journalistes, papier/internet, conflits de génération ?”.
À la lecture, j’étais moyennement emballée. J’en ai un peu marre du branlage de nouille journalistico-twitto-intello du moment. Et puis j’ai changé d’avis. Les vieux journalistes et leurs grands principes, les jeunes journalistes et leur manque de principes, j’en parle souvent, à l’oral. Alors autant l’écrire. En précisant bien qu’il ne s’agit que d’un coup de gueule, et que mes propos sur les cons, vieux ou jeunes, ne sont pas à généraliser.

Les vieux cons

La seule fois où nous avons eu un semblant de cours sur Internet, dans mon école de journalisme, c’est un vieux type, une “pointure”, qui est venu nous faire la leçon. Globalement, j’ai toujours trouvé cela étrange que des personnes de soixante berges viennent nous apprendre la presse, alors qu’ils l’ont fichue en l’air. Ils nous lèguent des médias au bord de la faillite, un mépris généralisé (et bien mérité) des citoyens à notre égard, et nous enseignent la bonne vieille méthode pour continuer.
C’est d’autant plus amusant quand un journaliste d’un certain âge vient nous faire la leçon sur Internet. Ces types, qu’on a balancés à la tête de rédactions web parce qu’ils avaient “du bagage” et l’audace d’avoir ouvert un compte Facebook en 2007, ont tout appris dans des colloques. Ils sont généralement aussi sensibles au web qu’un ornithorynque confronté à une Playstation. Ils nous racontent avec une certitude insensée qu’écrire pour le web, c’est écrire court. C’est mélanger du texte avec de la vidéo et du son. Sinon, ce n’est pas “web”. Encore moins “web 2.0.
Pas d’accord. En fait, personne ne sait ce qu’est le journalisme web, et finalement, c’est aussi bien. Ce qui est valable aujourd’hui ne le sera plus demain. Nous pédalons tous dans la semoule/choucroute/caviar et, confidence pour confidence, j’adore ça. Chercher à établir des “règles”, des “pratiques”, peut-être que c’est finalement cela qui est anti-web. Néanmoins, qu’un type de 40, 50, 60 ans – ou de n’importe quel âge – ne détienne pas toutes les vérités sur la publication en ligne n’est pas choquant en soi. Ce qui l’est, en revanche, c’est le manque de curiosité. Pendant ces cours, il ne viendrait pas à l’esprit du journaliste-professeur de nous interroger sur nos pratiques, tout occupé qu’il est à se faire mousser devant des jeunes admiratifs. On l’a vu, les vieux journalistes ne sont pas à une contradiction près. Entre le discours et la pratique, il y a un grand canyon.
Entre eux, dans les conférences où ils interviennent, tous tiennent le même discours : les jeunes sont formidables. “Nous avons tout à apprendre des digital-natives, ils ont le web dans le sang, nous sommes très à l’écoute des jeunes et des nouvelles pratiques”. Étrangement, dans les nombreuses rédactions que j’ai fréquentées, personne ne m’a jamais demandé mon avis de (presque) digital-native. Tu peux marquer HTML en capitales rouges sur ton CV, tout le monde s’en tamponne. Pour parader dans des séminaires en expliquant que les jeunes sont formidables, il n’y a aucun problème.

Mais la réalité, c’est que les jeunes moisissent dans des rédactions pourries, payés que dalle, parfois ignorés, rarement remerciés, pour des stages aux limites de la légalité, à bosser comme des bêtes à pondre de la dépêche minable jusqu’à pas d’heure. La remise en question, ce n’est bon que pour les conférences. En vrai, on attend sagement la retraite, en glorifiant le temps d’avant, en accusant le web de tous les maux de la presse, en évitant soigneusement de se sentir responsable. Après nous, le déluge.

Les jeunes cons

Heureusement, la jeune génération est là pour prendre le relais. Non ? Non. La génération Y, c’est surtout la génération plan-plan. Aussi bien pensants que nos aînés. Sauf que les vieux, eux, ont au moins le mérite d’avoir été jeunes une fois dans leur vie, en essayant de tout foutre en l’air dans les années 60-70. Aujourd’hui, on fait du journalisme pour être reconnu socialement, et surtout pas pour faire évoluer le métier. On rêve de parler dans le poste avec le même ton cloné, d’écrire dans des journaux prestigieux et, si on a de la chance et la belle gueule qui va avec, de faire de la présentation à la télévision, summum de la gloire. Quitte à reproduire éternellement le même modèle qui, on le sait désormais, est voué à l’échec. Bref, réinventer le journalisme, très peu pour nous. Dorénavant, les rares à lancer de nouveaux projets ambitieux ont souvent passé la cinquantaine. Et le seul à s’être montré impertinent comme nous, jeunes cons, devrions l’être si nous remplissions notre rôle social, est un vieil anar octogénaire. Aujourd’hui, lancer un média est pourtant devenu techniquement et financièrement bien plus accessible qu’auparavant. Nous disposons d’une liberté immense. D’un espace de jeu illimité. Et nous n’en prenons pas possession. Les quelques journaux lancés par des jeunes motivés, même s’ils sont souvent d’une remarquable qualité, restent néanmoins d’une sagesse désespérante.
Nous sommes la génération CPE. Notre combat, ce n’était pas de changer le monde. Non, nous, tout ce qu’on voulait, c’est un putain de CDI ! En 1968, les jeunes voulaient abolir le travail et le consumérisme. Nous on veut un contrat afin de pouvoir s’acheter une bagnole à crédit. La sécurité. le confort. Surtout ne rien changer. Quid des “digital-natives” ? Dans ce contexte d’insécurité complète du marché de l’emploi, le web est devenu une immense opportunité pour se faire connaître, hors des sentiers-battus du CV à papa. Le “personal branding”, dépasser les mille followers sur Twitter, se faire inviter dans des soirées parisiennes VIP, chics et underground est devenu un but en soi.
Nous passons beaucoup de temps sur ces futilités, nous éloignant chaque jour davantage du reportage de terrain, de l’enquête et, surtout, des gens. De tous ces gens qui ne savent pas ce qu’est le web 2.0, encore moins ce qu’est Twitter, qui s’en foutent et qui, en plus, ont sans doute bien raison.Qu’est-ce qu’on attend pour ne plus suivre les règles du jeu ? Qui prendra la suite de Siné, pour chier dans la colle, à notre façon ?

__________

article lu sur le site "OWNI" - ceci est un lien vers cet article.

1 commentaire:

Alain a dit…

Ne pas être un mouton. Règle numéro 1 pour s'eclater professionnellement. Se moquer de ce que pensent les autres et vivre de grands projets qui se réaliseront. Voilà comment on devient quelqu'un dans le journalisme comme ailleurs. Quelqu'un de libre!!!!
Le système fissuré que vous présentez très justement peut servir de béquille pour en comprendre toutes les failles et gagner en assurance avant de se lancer dans sa propre aventure avec son propre style. Le tout, c'est de se lancer un jour.
Merci pour cette fine analyse de l'état de notre profession et merci pour votre culot et votre indépendance.
(un présentateur TV qui ne fait pas ce job pour être "en vue")